Téléphones portables et cancers

L’usage du téléphone portable est régulièrement accusé d’entraîner des cancers, notamment au niveau du cerveau. Des chercheurs ont tenté de mettre à jour la vérité et elle ne serait pas si inquiétante…
Nous sommes aujourd’hui des millions à ne plus pouvoir nous séparer très longtemps de notre téléphone portable. Toujours à portée de main, il nous permet de garder le lien avec nos proches, de nous divertir mais aussi de nous informer. Pourtant, selon les conclusions de plusieurs études, il serait bénéfique de moins l’utiliser. De nombreux avertissements, selon lesquels son utilisation excessive pourrait augmenter le risque de cancer, ont été émis depuis plus de 20 ans.

Face à cette incertitude, des chercheurs ont tenté de mettre à jour la vérité et ont partagé leurs conclusions dans le Journal of the National Cancer Institute. Et leurs résultats, relayés par le Mirror, ont été sans appel : l’étude a révélé que l’utilisation du téléphone portable ne présentait pas de risque accru de tumeur cérébrale ou de cancer pour un utilisateur moyen.

Pour parvenir à cette conclusion, les participants ont été suivis pendant une moyenne de 14 ans. Et comme l’ont affirmé les scientifiques en charge de l’étude, ceux qui utilisaient leur téléphone portable tous les jours n’étaient visiblement pas plus à risque de développer des tumeurs. 

« Pour une utilisation ordinaire, je pense que nous avons des preuves solides et convaincantes que l’utilisation du téléphone portable ne cause pas de problème. Dans l’ensemble, nous avons la situation à peu près sous contrôle », a affirmé Joachim Schüz, l’un des auteurs de l’étude.

Malgré tout, les chercheurs ont tenu à donner des conseils de précaution aux personnes dont l’utilisation du téléphone portable est très intensive. Ils leur ont notamment conseillé d’utiliser un haut-parleur ou des écouteurs dans la mesure du possible. À noter toutefois que l’étude a examiné seulement les femmes adultes et qu’elle n’a pas pris en compte les utilisateurs hommes, enfants ou adolescents.

Pour rappel, les inquiétudes concernant le téléphone portable ont été soulevées pour la première fois dans les années 1990. Puis, en 2011, l’Organisation mondiale de la santé l’a classé comme cancérigène « possible ». Enfin, une récente étude, en date de 2021, affirmait également qu’une utilisation quotidienne de son mobile pendant plus de 17 minutes augmentait les risques de tumeurs.

Retour haut de page
Aller au contenu principal